Françoise Chatelin (1941-2020)

Le décès de Francoise Chatelin le 14 Mai 2020,  annoncé le jour même à la communauté IMAG par son frère Jean-Marie, a été un vrai choc pour bon nombre d’entre nous. Elle, dont l’énergie mentale hors du commun devait faire, aux yeux de ses anciens collègues, assurément une centenaire, nous quittait à 78 ans !

Rappelons que leur père Jean Laborde faisait partie, à la haute époque des débuts de l’IMAG, de l’équipe du fondateur Jean  Kuntzmann, avec Gastinel, Bolliet, Vauquois, Laurent… Ceux d’entre nous qui savent encore qu’il existait alors des tables de logarithmes  (à utiliser pour des calculs à la main…) savent évidemment aussi que celles de Jean Laborde, alors très largement utilisées, furent les premières à être élaborées par programme…

Je suis certainement, après Jean-Marie, le premier à l’IMAG à avoir connu Françoise : à la rentrée  1958 elle entrait en Math-Sup au lycée Champollion de Grenoble, alors que j’y commençais Math Spé ! Pensez un peu : trois ou quatre filles (externes) dans un lycée de garçons, à cette époque, (avec ses classes confinées de taupins et beaucoup d’internes en blouses grises, dont moi…) : elles étaient furieusement observées !…

Quelques années plus tard, à la rentrée 1963 je pense, Françoise, sortie agrégée de l’École Normale Supérieure de Sèvres (le top pour les matheuses à l’époque) entrait à l’IMAG comme jeune assistante. Nous étions l’un et l’autre  chercheurs débutants dans l’équipe d’analyse numérique de Gastinel et Laurent. : le monde est petit…

…mais en Juillet 1964, nous participions  avec notre maitre à notre premier colloque, l’école d’été EDF d’Analyse numérique, au château du Bréau sans nappe, dans les Yvelines. Avec, tenez-vous bien, tous les grands noms de l’analyse numérique matricielle, les fondateurs de l’algèbre numérique (numerical  algebra) en particulier : Householder (USA), Wilkinson (GB), Bauer (Allemagne), Varga (USA)… dont Gastinel était l’homologue français.  Belle avancée dans le monde de la recherche pour des débutants…

Juillet 1964, Ecole d’été d’Analyse numérique, le Bréau sans Nappe

Cette première phase de la vie scientifique de Françoise (Laborde) méritait d’être évoquée pour son caractère initiatique et historique. Il est temps maintenant de changer de ton et de prendre du recul pour survoler sa carrière.

Sa page personnelle, consultable [ici], en donne tout le parcours et les réalisations de façon extrêmement méthodique et détaillée : Grenoble, Paris (Université Dauphine, Thomson et  IBM),  Toulouse, (Université et surtout Cerfacs.), très nombreux séjours (parfois de longue durée) à l’étranger.
Je m’attacherai donc plutôt ici à en donner l’éclairage humain, plus exactement l’image que j’en ai :
Il est indéniable que Françoise a été en permanence habitée par une quête mathématique tout à fait impérieuse, à laquelle elle aura consacré toute sa vie grâce à une énergie intérieure considérable :
C’était pour elle, et malgré elle parfois, une exigence et une nécessité absolue de son mental, au caractère quasi obsessionnel. Avec ses qualités et ses dons  de mathématicienne, elle est ainsi rapidement parvenue au niveau scientifique international, par ses innombrables séjours, rencontres, colloques, projets. Elle était habitée par l’univers des mathématiques numériques dont elle connaissait la plupart des lieux et des personnes importantes.

(Courtoisie Pierre-Jean Laurent) Colloque d’Analyse fonctionnelle (Bombay, 1985)  dont l’agrandissement qui suit représente exactement à mes yeux tout le personnage :

Bombay (1985)

Ses très fortes convictions intellectuelles l’amenaient à une attitude souvent impérieuse dans ses discussions mathématiques :

Il est donc nécessaire maintenant de préciser ici, avec quelque insistance,  la couleur humaine et l’empathie de ses considérables activités de direction de recherche, thèses etc. tout au long de sa carrière :

Françoise avait une vocation de maternité scientifique. Tous ses chercheurs sont unanimes : elle était ferme, sûre d’elle, animatrice, très chef de projet, mais surtout, au fil de décennies,  elle a fait preuve d’infiniment d’attention personnelle envers chacun de ses poulains et l’avancée de leur travail. Tous lui en sont infiniment reconnaissants. Voici le témoignage de Yousef Saad, Professeur à l’Université de Minneapolis, son tout premier thésard, appelé très vite à une carrière internationale :

Je viens d’apprendre avec grande tristesse le décès Françoise  Chatelin.  Françoise était ma directrice de thèse (3ème cycle et ensuite en doctorat d’Etat) Entre 1972 et 1983. J’ai eu l’honneur en fait d’avoir été son tout premier étudiant en Doctorat. Il y avait à Grenoble une équipe très  forte et active dans la spécialité de l’algèbre numérique linéaire et Françoise a émergé avec force de ce groupe sur la scène internationale.  Je lui dois de m’avoir orienté sur un chemin qui m’a amené loin. Merci Françoise.
Une qualité qu’avait Françoise, était son enthousiasme à soutenir les étudiants défavorisés, souvent originaires des pays du tiers monde, et aussi les  étudiantes – car il n y avait pas beaucoup de femmes en mathématiques appliquées a l’époque.
La disparition de Françoise m’attriste car elle marque pour moi la fin d’une époque. On a débuté deux carrières ensemble, elle sa carrière académique de professeur avec son tout premier doctorant, et moi le tout début  de ma carrière académique avec les tous premiers sujets de recherche suggérés par elle.
Mes sincères  condoléances  à tous les membres de sa famille.
Yousef Saad

Et puis aussi , de Marie Christine Brunet:

*****

Une très grande dame. Elle aura ouvert les portes à beaucoup d’entre nous. Je ne serais pas où je suis, sans elle. Ma carrière, ma force et ma confiance.
Une très grande détermination à apporter son support aux femmes aussi (I am who I am because of her). Une très grande aventure pour moi, d’être sous sa supervision (Life changing). Sa force était imperturbable. Sa passion communicant
e.

Je suis en train d’écouter [cette vidéo] avec tendresse.
Je pense au grand nombre de personnes qu’elle a touchées. Et à ses enfants et sa famille.

*****

On trouvera en annexe 1 une liste de témoignages à chaud recueillis à l’annonce de son décès, en annexe 2 ceux  reçus de la scène internationale

J’ajoute que Françoise, extrêmement cultivée, lisait énormément, s’intéressant avec détermination et conviction à bien des domaines, histoire des sciences, bien sûr, mais aussi politique, littérature, philosophie, et tout particulièrement à celui de la spiritualité: contemporaine. (Etty Hillesum…) ou même mystique médiévale (Jean de la Croix…)

François Robert

[télécharger le pdf]